A Dramatic Tour Of Events

Dream Theater à fait escale à Montréal le 7 octobre à la place Wilfrid Pelletier dans la cadre de la tournée «A Dramatic Tour Of Events». En première partie, le groupe Trivium semblait jouir d’un bon groupe de fans mais j’avoue que le métalcore n’est pas mon dada et après avoir écouté une piste et j’en ai eu assez et je suis allé prendre un verre en attendant Dream Theater.

Tel que discuté dans mon billet précédent, le groupe se présente avec un nouveau batteur et tous attendent avec impatience de voir Mike Mangini en action. Le batteur précédent, Mike Portnoy, était reconnu pour son style flamboyant, son approche très «pro fan», et ses sélections personnalisées de titres pour chaque spectacle. Comment Magini s’en sortira t’il?

Bien que le spectacle contient surtout des titres du dernier né, A Dramatic Turn Of Events, il y a eu quand même place pour quelques classiques de leur répertoire tel que Wait For Sleep et Pull Me Under de Images and Words (tiens, tiens…), et Endless Sacrifice de l’excellent Train Of Thought. Une liste de pistes quand même bien balancée avec bien sûr un moment réservé pour découvrir les talents du nouveau batteur au records du monde de vitesse!

On pourrais penser que la légendaire salle de spectacle offrirais une qualité de son impeccable mais je suis resté très déçu du résultat. De mon emplacement, le son était lointain, la voix mal définie, et les paroles incompréhensibles. Pourtant, je n’étais pas au haut du Centre Bell, à un kilomètre de la scène. Je me demande sérieusement si cette salle est vraiment un bon choix pour ce genre de groupe. L’amplification semble confondre l’acoustique conçue justement beaucoup plus pour des instruments acoustiques que pour les décibels amplifiés.

Malgré tout un bon spectacle, mais avouons que le groupe est moins généreux que par le passé. Au Métropolis il y a plusieurs années, le groupe nous avait offert une performance époustouflante de plus de 3 heures. Depuis, Dream Theater à fait beaucoup de chemin et s’approche de plus en plus d’une popularité «mainstream». Chemin faisant, les spectacles, bien que toujours aussi professionnels, ont maintenant des premières parties, sont donc plus courts, et semblent un peu plus détachés, plus froids, et moins spontanés.

En passant, Mike Mangini est un excellent batteur. Mais ce n’est pas Mike Portnoy.